Professionnaliser le nautisme ?


Le Salon Nautique du Cap d’Agde vient de se terminer. A cette occasion, de nombreuses conférences se sont tenues : Olivier LAPOINTE a notamment abordé le sujet délicat de la limite entre la navigation de plaisance et la navigation professionnelle ; pour réguler et formaliser les activités nautiques, de nouveaux (petits) brevets professionnels ont été mis en place.

Chacun d’eux présente le double avantage de proposer un cadre juridique dans lequel les responsabilités sont clairement établies, et de présenter un cursus plus accessible que par exemple celui du Capitaine 200 validé en particulier à l’issue de la formation par un certain nombre d’heures d’embarquement difficile à trouver :

  • Le Brevet Restreint d’Aptitude à la Conduite de Petits Navires à Moteur (250 KW maximum) de moins de 12 mètres, naviguant à moins de 2 Milles du port de départ ; ce brevet concerne les professionnels des ports comme les boscos, mais aussi les livreurs de boissons sur les yachts au mouillage…
  • Le Brevet d’Aptitude à la Conduite de Petits Navires à Moteur (250 KW maximum), réservé aux professionnels d’un bateau de moins de 12 mètres, naviguant à moins de 6 Milles du port de départ et transportant moins de 12 passagers ; ce brevet concerne principalement les bateau-taxis…
  • Enfin, le Brevet d’Aptitude à la Conduite de Petits Navires à Voile, réservé aux professionnels navigant à bord d’un voilier de moins de 12 mètres, à moins de 6 Milles d’un abri ; ce brevet peut par exemple intéresser les propriétaires de voilier souhaitant tirer un revenu des promenades qu’ils proposent…

Le nautisme offre aussi par ailleurs d’autres perspectives professionnelles. La Fédération des Industries Nautiques a récemment organisé 13 métiers de la plaisance avec pour chacun d’eux des formations adaptées qui aboutissent à des Certificats de Qualification Professionnelle. En particulier le CQP « Instructeur Permis Plaisance » représente le sésame pour ceux dont le projet est de devenir formateur en bateau-école ou coach sur un bateau à moteur.

En France, le bateau-école BOOSTER est l’un des deux organismes à qui la charge de former ces futurs moniteurs a été confiée : 109 heures de formation avec un pôle technique en première partie et un pôle pédagogique en deuxième partie ; 2 sessions par an, l’une à mi-octobre / mi-novembre et l’autre à mi-mars / mi-avril.

N’hésitez pas à venir vous informer au bateau-école BOOSTER pour obtenir de plus amples renseignements.

Professionnaliser le nautisme
Professionnaliser le nautisme
elit. Curabitur Phasellus venenatis amet, dolor. suscipit vulputate, venenatis, commodo id quis